Le chat haret

Un chat haret, ou chat errant, est un chat domestique – petit félin de la sous-espèce Felis silvestris catus –
qui est retourné à l’état sauvage ou semi-sauvage, par le phénomène du marronnage (évolution d’animaux domestiques partiellement ou totalement vers l’état sauvage après avoir été abandonnés ou s’être échappés). Il y aurait environ 11 millions de chats errants en France, qui seraient dus entre autres, aux abandons et, à une maltraitance grandissante. Les chats errants se reproduisent de manière incontrôlée. Les chattes, mal nourries, donnent naissance à des chatons malades. Les portées à répétition les épuisent. La domestication a rendu les animaux dépendants de l’humain. L’errance n’est pas synonyme de liberté pour eux. Solitude, faim, soif, peur, intempéries, sont autant de difficultés auxquelles ils doivent faire face. Leur survie rime avec souffrance, donc, maltraitance.

Le chat de Pallas

Il est reconnaissable à ses gros yeux, ses petites pattes et son pelage très dense. La morphologie de sa tête fait que cette espère est l’une des plus expressives au monde.

À peu près de la taille d’un chat domestique, l’épaisse fourrure de ce félin, bien adapté au froid, lui donne un aspect plus trapu et plus gros.
Il mesure entre 50 et 65 cm de long et la queue mesure de 21 à 31 cm.
Le poids varie de 2,5 à 4,5 kg.

Proche cousin du chat, il vit en Asie centrale, notamment dans certaines régions du Sud-Est de la Russie.

Le chat pêcheur

Ce félin est d’apparence ramassée avec des pattes courtes partiellement palmées sur les membres antérieurs, une large tête assez allongée, une queue courte et épaisse, qui lui sert probablement de gouvernail dans l’eau.

Il mesure de 30 à 35 cm de hauteur au garrot, entre 75 à 86 cm tandis que la queue est de 23 à 33 cm. Il pèse entre 11 et 12 kg pour les mâles et 6 à 7 kg pour les femelles.

Le chat pêcheur vit en Asie du Sud-Est. Principalement en raison de la destruction de son habitat, il est classé parmi les espèces « en danger d’extinction »

Le chat des sables

À la manière du fennec, qui vit dans les mêmes milieux, le chat des sables est un animal très bien adapté au désert. Il vit en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.

Il a des oreilles beaucoup plus grandes que les autres félins, ce qui lui permet non seulement de mieux entendre, mais aussi d’évacuer la chaleur de son corps.
Les coussinets de ses pattes sont recouverts d’une épaisse fourrure, qui lui permet de se déplacer silencieusement dans le sable, sans jamais se brûler.
Il ne boit quasiment jamais : s’il ne trouve pas d’eau, l’humidité contenue dans ses proies lui suffit pour survivre.

Le chat des sables a une longueur de 49 cm, une hauteur au garrot de 25 cm, une queue mesurant entre 27 à 35 cm de long et pèse de 2 à 3 kg.

Dans l’ensemble, le chat des sables est le moins menacé des chats sauvages d’Afrique.
Ses principales menaces sont la destruction de son habitat par l’homme et le déclin des populations de ses proies. La chasse sportive fait également des dégâts parmi les populations.

Le chat sauvage d’Europe

Il ressemble au chat domestique tigré. C’ est une sous-espèce du chat sauvage dont l’aire de répartition couvre l’Europe. Son poids moyen est de 5 kg pour les mâles et 3,5 kg pour les femelles. Les mâles mesurent (tête + queue) de 57 à 61 cm avec une queue entre 30 et 32 cm, les femelles étant un peu plus petites.

C’est un animal timide qui fréquente les forêts aux nombreux sous-bois.
Il fréquente également les massifs montagneux jusqu’à 2 000 m d’altitude.
Il chasse sur un vaste territoire. de 3 à 5 km² qui chevauche les territoires de plusieurs femelles.

Autrefois très présent en France, il a failli être exterminé au cours du XXè siècle. Aujourd’hui, il est surtout présent dans les forêts de l’est, en Auvergne, en Languedoc, dans le Jura, dans les Vosges et dans les Pyrénées.

Protégé depuis 1979, le chat sauvage européen est encore victime de pièges ou de coups de fusil.